Syndicat CGT Transports
Les Coursiers à Vélo Toulousains
Les liraisons au bout du monde et dans des zones dangereuses :
Une aberration tant par la distance que par le danger d'y aller à vélo
Les conditions hivernales, (froit, humidité, ...), sont également éprouvantes pour des travailleurs qui n'ont pas de local ou se réchauffer
Eté comme hiver, les coursiers Just Eat n'ont pas de locaux à Toulouse.

Grève du 27 janvier : beau bilan !

Coursiers toulousains en grève le 27 janvier 2022

Après les mobilisations matinales, c'est dans une soirée d'hiver, sous un brouillard devenant givrant et par de froides températures, que les coursiers toulousains des plateformes de livraison, salariés comme ubérisés, se sont réunis place de la Trinité.

Sous le barnum monté pour cette occasion, les camarades ont pu adresser leurs revendications au sujet de leurs conditions de travail, dans une ambiance solidaire, informant les passants tout en offrant à ces derniers thé et biscuits.

Les revendications allaient de concert avec celles de la mobilisation du jour : augmentation des salaires et amélioration des conditions de travail.

Des coursiers salariés par Just Eat ont pris part à la manifestation, ajoutant de fait la question de la fourniture du matériel par l'entreprise : en effet, bien que salariés, les employés toulousains de la multinationale néerlandaise sont toujours obligés de fournir leur propre matériel de travail.

Dans un contexte toujours marqué par les problèmes de pouvoir d'achat, le prix des courses des ubérisés tant par Uber que Deliveroo demeure au centre des préoccupations. La question des salaires chez Just Eat, désormais rattrapés par le SMIC, était également dans tous les esprits, à l'heure ou les prix augmentent et le pouvoir d'achat diminue.

L'augmentation de l'indemnité kilométrique depuis novembre dernier a été l'un des acquis des mobilisations passées, démontrant que la lutte paye.

L'actualité récente à l'échelle européenne montre également que les combats menés depuis tant d'années par les travailleurs pour leur dignité ne sont pas vains. Les annonces de la Commission européenne, après que la présidente Von der Leyen a entendu des travailleurs lui dire la même chose dans toutes les langues, démontrent en effet la prise de conscience de ce qu'est la réalité du travail pour les salariés de la logistique des livraisons de repas.

Ce sera, bien entendu, sans compter sur la mobilisation sans faille de la majorité La République des Emmerdeurs et de son Emmerdeur en Chef qui, de concert avec les lobbystes des multinationales de la misère, œuvrent sans relâche pour torpiller tout ce qui pourrait ressembler, de près ou de loin, à une amélioration de la condition des plus précaires.

Mais comme l'espoir fait vivre, il est permis d'espérer que les intéressés rejoignent, dans quelques semaines, la place de choix qui les attend dans les poubelles de l'histoire.

Utilisation des cookies :

Ce site internet utilise des cookies.
Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer votre expérience utilisateur. Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies.